NBA

Huit ans déjà sans Nbark !

0 213

 

 

 

 

 

 

Il y’a 8 ans disparaissait Nbark Oularbi, leader du groupe Saghru Band. Sa mort a provoqué une onde de choc dans tout le pays et dans la diaspora. Ses chansons sur l’amour et la révolution et sa voix forte accompagneront tous ceux qui se battent pour la liberté et les droits du peuple berbère.

La disparition de Nbark a provoqué l’éclatement du groupe Saghru Band, dont il était le pilier. Ceux qui ont succédé à Nbark n’ont pas réussi à redresser le groupe par manque de charisme, du courage politique et surtout de voix. Le CD « Imettinen » enregistré après la mort de Nbark Oularbi est la parfaite illustration de cet échec. Une œuvre fade et des voix cassées. Le groupe a perdu de sa superbe avec la mort de son leader.

Ce n’est pas uniquement Saghru Band qui a été affecté par la mort de Nbark Oularbi. La tempête artistique soulevée par Saghru Band dans tout le Tafilalt s’est estampée. Plusieurs groupes nés dans le sillage de Saghru Band et qui l’imitaient pour percer n’ont pas réussi à résister. La plupart de ces groupes n’ont pas réussi à tracer leur propre chemin et à se distinguer. Nbark, qui était semblable à un dynamo, avait pris toute la place.

Certains ont tiré profit de l’expérience de Nbark Oularbi et d’autres artistes qui l’ont précédé comme Hemmou Times et Mellal pour tirer leur épingle de jeu, mais leur existence reste toujours fragile à cause de la marginalisation des médias et l’exclusion des grands festivals.

Nbark Oularbi s’est éteint, provoquant un grand silence. Il ressemblait à une étoile filante, à un orage qui avait éclaté sur l’Amagha, étanchant la soif de tous les cœurs assoiffés de liberté et de justice, avant de s’en aller.

Huit ans du silence. L’Amagha, le pays aride qui l’avait vu naître, s’est tu, comme s’il se recueillait sur sa mémoire.

Mais au cœur de ce silence, une chanson vit.

Fermez les yeux, lecteurs, et tendez bien l’oreille. Vous entendrez la voix de Nbark Oularbi en train d’entonner une chanson dans votre mémoire.

Seg Imgunn ar Msemrir, seg Tazarin ar Tinghir …

 

A. Azergui.

Tasghunt Idles

View all contributions by Tasghunt Idles

Similar articles

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.